Le torticolis musculaire congénital




Le torticolis musculaire congénital (TMC), qu'est-ce que c'est?


Il s’agit du raccourcissement d’un muscle du cou qui amène une attitude asymétrique de la tête. Le muscle le plus souvent atteint est le sterno-cléido-mastoïdien. Ainsi, les enfants touchés auront, le plus souvent, la tête inclinée du côté du muscle raccourci et en rotation du côté opposé à ce même muscle.


Le TMC est habituellement sans douleur. Il peut être causé, par exemple, par une contrainte de la tête du bébé sur le bassin de la mère en fin de grossesse ou un accouchement difficile nécessitant l’utilisation d’instruments. D’autre part, le bébé peut acquérir un torticolis suite à sa naissance, par exemple à cause d'une posture problématique.


La préférence positionnelle entrainée par le torticolis peut engendrer un plat au niveau de la tête du bébé, ce qu'on appelle une plagiocéphalie. C'est pourquoi le TMC et la plagiocéphalie sont deux conditions qui coexistent fréquemment.



Illustrations: Isabelle Collin

Que provoque le torticolis musculaire congénital?


En plus d’une attitude asymétrique de la tête, l'enfant ayant un torticolis musculaire congénital peut entre autres présenter :

  • Une limitation des mouvements du cou

  • Un débalancement de la fonction musculaire

  • Une asymétrie/déformation du crâne (plagiocéphalie) et/ou du visage

  • Un retard de développement moteur


Et si le torticolis persiste, quelles sont les conséquences à long terme?


Le torticolis musculaire congénital persistant peut mener à :

  • Une déformation de la tête et du visage (plagiocéphalie)

  • Un retard de développement moteur (motricité grossière et fine)

  • Impact sur la dominance et l’agilité bi-motrice (des 2 mains simultanément) de l’enfant


Quand faut-il agir?


Le plus tôt possible! Le dépistage et la prise en charge précoces du torticolis musculaire congénital sont essentiels pour la récupération optimale.

Le rôle des parents et des intervenants autour de l'enfant est très important. Les routines et les positionnements doivent être intégrés au quotidien et l'environnement doit maximiser la stimulation à privilégier.


Que faire pour débuter le traitement en attendant une évaluation professionnelle formelle?

  • Favoriser la stimulation du côté opposé à la préférence de votre enfant

  • L'approcher du côté à travailler (poussette, siège vibrant, au sol, etc.)

  • Chercher constamment à attirer l’attention de votre bébé vers le côté à travailler en vous plaçant de ce côté ou en y mettant son centre d’intérêt (jouet, lumière, musique, etc)

  • Sur le tapis d’éveil, conserver la stimulation du côté à travailler

  • Lors des changements de couche ou pour donner le bain, placez-vous du côté à travailler. (Si impossible, y attirez son attention avec un miroir ou des jouets)

  • Placer régulièrement votre bébé sur le ventre, par courtes périodes, dès la naissance


Les conseils de positionnement et de stimulation doivent être intégrés

à la routine quotidienne afin d’obtenir des résultats appréciables.

Le changement de petites habitudes fera assurément une grande différence!

Plusieurs enfants présentant un torticolis nécessiteront des mobilisations du cou par les parents. N'hésitez pas à consulter un profession